L'Autour des Palombes
(Accipiter Gentilis)

Nom commun : Autour des Palombes

Famille : Accipitridé

Genre : Accipiter

Espèce : Accipiter Gentilis

Poids : 500 à 1350 g

Taille : 46 à 67 cm

Envergure : 96 à 127 cm

Longévité : 19 ans

Répartition : Europe, Proche-Orient, Asie, Sibérie, Japon, Amérique du Nord.

Identification

L'Autour des Palombes est un oiseau de proie de taille moyenne appartenant à la plus grande famille des rapaces diurnes : les Accipitridés. Cette famille, qui compte aussi parmi ses rangs des variétés comme les aigles et les buses, rassemble plus de 265 espèces et sous-espèces différentes.

Le mâle arbore, sur le dessus de son corps et de ses ailes, une couleur uniforme gris ardoise. Sa poitrine, ses cuisses et le dessous de ses ailes sont blanchâtres et barrés horizontalement de stries brunes. L'oeil est coiffé d'un épais sourcil blanc, ce qui accentue encore la proéminence de l'arcade et la pugnacité du regard. La queue est longue avec des coins arrondis et représente plus d'un tiers de la taille de l'oiseau. Elle est gris-brun et est barrée de 4 à 5 larges bandes plus sombres.

La femelle possède une robe identique à celle du mâle mais dans des tons de bruns plus intenses et moins sombres. Alors que chez la plupart des rapaces la femelle est, en moyenne, un tiers plus imposante que le mâle, chez les Autours elle peut atteindre plus du double de la corpulence du mâle.

On distingue aisément le juvénile de l'adulte en observant le dessin que forme le plumage sur la poitrine de l'oiseau. Chez le jeune, la poitrine est tachetée de gouttes brunes qui s'étendent à la verticale et sont réparties d'une manière désordonnée. Puis, à partir de la seconde ou de la troisième mue, tandis que l'Autour atteint sa maturité, les gouttes s'estompent et laissent la place à de fines rayures horizontales et parfaitement régulières.

Reproduction et nidification

Les couples d'Autours se forment entre des spécimens généralement âgés de 2 à 3 ans et restent ensuite fidèles et unis à vie. La reproduction peut commencer dès la fin de l'hiver, lorsque les conditions sont favorables, et il n'est pas rare d'observer des vols nuptiaux en janvier ou en février quand l'année est globalement douce.

Le couple choisit ensemble l'emplacement de nidification, qui peut être le même d'une année sur l'autre. Les Autours optent parfois pour un ancien nid de Corneille ou de Milan. Qu'elle soit rénovée ou nouvelle, l'aire de nidification est constituée de jeunes rameaux et de feuilles, entremêlés et empilés. La construction dépasse parfois un mètre d'élévation, ce qui lui confère un aspect assez singulier.

L'aire est toujours située à une grande hauteur, proche de la cime, dans l'enfourchure d'un feuillu ou d'un conifère. L'Autour manifeste une très nette préférence pour les plus grands arbres situés au coeur de la forêt ou dominant une petite clairière au milieu des bois. Le couple prend grand soin de son nid et renouvelle le garnissage intérieur régulièrement, pendant toute la période que dure la nidification (depuis la ponte jusqu'à l'envol des jeunes).

La ponte, qui a lieu entre fin mars et début mai, compte 2 à 5 oeufs blancs à vert pâle, en de rares cas tachetés de brun. La femelle assume souvent toute seule la couvaison, qui dure entre 35 et 40 jours, pendant que le mâle s'adonne à la chasse pour assurer la subsistance du couple puis de sa progéniture. Elle ne recommencera à chasser que lorsque ses poussins seront capables de dépecer seuls les proies qui leur sont rapportées. Les jeunes quittent le nid après 5 à 6 semaines et deviennent alors indépendants en seulement quelques jours. Des observations menées en Rhône-Alpes ont permis d'établir le succès de la reproduction, dans la région, à un taux de 2,2 jeunes à l'envol par nichée.

Un super-régulateur de la faune forestière

L'Autour est un rapace forestier et on le rencontre dans ce biotope jusqu'à plus de 1600 mètres d'altitude. Habitué à filer entre les branches et les troncs, dans un environnement où la visibilité est souvent limitée à quelques mètres, l'Autour est particulièrement vif, agile et furtif. L'Autour est un sprinter ! Il est capable d'accélérations fulgurantes et d'une bonne vitesse de pointe, mais il ne peut pas tenir ce rythme sur de très grandes distances. On l'a chronométré à plus de 100 km/h, en vol plat, sur près de 500 mètres.

Eu égard à sa taille et à son poids, l'Autour est l'un des rapaces les plus puissants et l'un des prédateurs les plus actifs de la forêt. Capable de chasser des proies bien plus lourdes que lui, il s'attaque à toutes sortes d'animaux pouvant peser jusqu'à 3,5 kg. Les petits rongeurs (Souris, Campagnols, Musaraignes) et les plus grands (Écureuils, Lapins, Lièvres)​ figurent à son menu, tout comme les habitants ailés de la forêt (Corneilles, Pics, Geais, Pigeons, Étourneaux, Perdrix, Merles, Grives, etc.). Sans en faire des mets de prédilection, lorsque l'opportunité se présente, l'Autour n'hésite pas à s'attaquer également aux autres rapaces qui fréquentent la forêt. On retrouve ainsi entre ses serres, de temps à autre, les dépouilles d'Éperviers, de Buses, de Crécerelles, de Chouettes Hulotte et Effraie, de Hiboux des Marais et Moyen-Ducs, et parfois même d'autres Autours !

Son activité de chasse est relativement intense et sa vitesse, son agilité, sa furtivité mais aussi son acuité visuelle le rendent vraiment redoutable. Sa ration quotidienne se situe entre 150 et 200 g de nourriture (soit entre 1/5 et 1/7 de son propre poids). Les plus grosses proies lui assurent ainsi plusieurs jours de satiété tandis que les plus petites peuvent être chassées plusieurs fois dans une même journée.

Pour répondre à ce besoin, l'Autour s'appuie sur un territoire très vaste pour un rapace forestier de sa taille et couvre en moyenne entre 3000 et 5000 hectares (30 à 50 km2). L'étendue de cette zone de chasse permet à l'Autour d'avoir un régime particulièrement varié et de ne pas nuire à la pérennité de la faune sauvage qui l'entoure. Bien au contraire, sa présence témoigne même d'une biodiversité riche et d'une forêt en très bonne santé !

Conçu pour chasser à vue

Avec son envergure réduite (par rapport à sa taille) et sa longue queue, l'Autour possède les meilleures dispositions naturelles pour évoluer à toute vitesse entre les branches et se faufiler à travers les buis. Patient, il chasse le plus souvent à l'affût en restant discrètement camouflé dans un arbre. Puis, dès qu'une occasion se présente, il déclenche la poursuite par une accélération aussi fulgurante qu'imprévisible. Durant sa course, il voltige avec une adresse peu commune. En fondant tel un obus qui traverse la forêt, l'Autour se défie du fouillis de la végétation. Il se lancera sans hésiter dans un passage étroit en plaquant ses ailes contre son corps et en reportant toute la portance sur sa queue, dont la surface alaire est considérable lorsqu'il la déploie. Il foncera vers n'importe quel obstacle, où sa proie chercherait à se réfugier, sans jamais ralentir sa course et d'un seul coup de patte, il prendra alors appui au dernier moment contre un tronc, une branche ou même un rocher pour dévier sa trajectoire dans une direction encore plus favorable à la capture !

Son acuité visuelle est dix fois supérieure à celle de l'être humain. Non seulement son système oculaire possède un pouvoir de séparation incroyable et une perception extrêmement fine des couleurs et des contrastes, mais il dispose aussi de deux fovéas par oeil ce qui lui permet d'apprécier la scène dans son ensemble tout en concentrant un point de mire sur sa cible. Son cerveau peut dissocier les transitions de la scène observée jusqu'à une fréquence de 160 Hz. Pour comparaison, notre cerveau commence à être dupé à partir d'une fréquence de 18 Hz. Cela signifie qu'il est à même de déceler toute l'amplitude d'un mouvement avec une extraordinaire précision.

L'Autour des Palombes peut percevoir le déplacement d'un objet gris de la taille d'un petit oiseau, sur un fond gris, à plus de 600 mètres, tout cela à travers le brouillard optique que constitue la dense végétation de la forêt et en se déplaçant à près de 100 km/h dans ce milieu !

Attila
l'Autour des Palombes de Harris 73

Attila est un jeune tiercelet (mâle) né au printemps 2015. Comme il n'a connu qu'une seule mue, son plumage laisse encore apparaître les caractéristiques d'un juvénile, mélangées à celles d'un adulte.

Il pèse entre 740 et 900 grammes, selon les saisons. Particulièrement vif, Atila répond très bien à l'affaitage mais il reste farouche envers les personnes qu'il ne connaît pas et se montre sensible à l'agitation.

Au perchoir c'est un oiseau qui nécessite une approche calme et attentionnée tandis qu'à l'entraînement il va réagir instantanément au leurre ou à l'appel au gant, comprenant immédiatement ce qu'on attend de lui. Il est très rapide et relativement puissant par rapport à son poids, ce qui implique une grande réactivité lorsqu'on souhaite s'occuper de lui.

Statut de l'espèce en France 

Les derniers recensements font état d'une population de 4600 à 6500 couples reproducteurs en France. L'espèce est totalement absente ou rare dans le nord-ouest, depuis le Nord-Pas-de-Calais jusqu'aux Pays-de-la-Loire. Le manque de représentativité sur ces territoires est normal si l'on considère que ce sont aussi les régions les moins boisées de France.

En Corse, où l'on dénombre une centaine de couple seulement, la sous-espèce locale (Accipiter Arrigonii) est en situation de vulnérabilité. Il existe actuellement un plan de sauvegarde de l'espèce sur l'île de beauté.

Dans son milieu naturel, l'Autour des Palombes n'a pas de prédateur hormis l'homme. Dans certains lieux il est encore victime de tirs volontaires, ce qui est parfaitement illégal et intolérable, de la part de chasseurs ignominieux qui lui reprochent sa "concurrence" sur certains gibiers tels que la Palombe et la Perdrix. Une autre forme de menace, moins évidente à percevoir, est liée à l'exploitation forestière et à certaines activités de plein air pratiquées en forêt et qui peuvent détruire son habitat ou perturber de manière irréversible une nidification.

Que faire si je trouve un Autour des Palombes ?

Les rapaces sont tous des espèces protégées par la convention de Washington du 3 Mars 1973 et par la réglementation européenne CE n°338/97.

Il existe des attitudes, des gestes et des obligations qui s'appliquent lorsqu'on trouve un animal sauvage, notamment un rapace, et auxquels tout individu doit se soumettre. Ces dispositions permettent de respecter la législation et surtout de préserver la faune sauvage.

En savoir plus...